Mathieu LEFEVRE

En novembre, Trickart (organisateur de soirées musicales) a ouvert les portes de l’ancienne Maison d’Arrêt de Nantes.

On y découvre de nombreuses fresques, réalisées par des artistes du grand ouest, autour de l’isolement, des conditions d’incarcération, de la violence.

Invités par l’artiste Jinks Kunst, nous avons pu découvrir cet ancien milieu carcéral transformé en plateforme artistique éphémère.

Des artistes du collectif C’est Pas Nous, Mephis et Shok (le peintre qui graffe plus vite que son ombre), y ont laissé leurs oeuvres avant la suppression partielle de l’établissement.

Toutes les images sont soumises aux droits réservés.

© Matheophoto

View original post